La neuromodulation sacrée

La neuromodulation sacrée concerne l’hyperactivité vésicale résistante aux médicaments.Pratiquée depuis maintenant de nombreuses années, elle se rapporte désormais à un nombre important de patients traités avec un recul suffisant, à propos de sa tolérance et son efficacité.

Principes de fonctionnement de la neuromodulation sacrée :

La vessie est sous commande neurologique (cerveau et moelle épinière).Un déséquilibre (entre les messages excitateurs favorisant la miction et les messages inhibiteurs, permettant de se retenir) explique des troubles mictionnels à type de fréquence et de fuites urinaires.

La simulation de nerfs sacrés au niveau du sacrum (partie basse de la colonne vertébrale)dans le bas du dos, permet de rétablir l’équilibre existant entre la miction et la retenue.

L’intérêt de cette solution est la possibilité de faire un premier test avant de choisir de manière définitive l’implantation du neuromodulateur (sorte de pacemaker).

Traitements

La phase test

Elle consiste à mettre sous anesthésie légère une électrode de neuromodulation lors d’une hospitalisation de quelques heures seulement (hospitalisation ambulatoire).

La durée du test est de 1 à 2 semaines et permet d’en juger l’efficacité.

L'implantation définitive

En cas d’efficacité du test et d’une amélioration clinique d’au moins 50% des symptômes et de la gêne ressentie, le neuromodulateur sacré peut être implanté au niveau d’une loge sous la peau créée sur la partie haute d’une des fesses.
Cette phase peut se faire en ambulatoire ou en hospitalisation courte.

Efficacité clinique de la neuromodulation sacrée

L’amélioration clinique est proche de 70% dans la littérature et dans notre centre d’urologie.Après un délai de 5 ans, cette efficacité se maintient à un niveau proche de 50%.

La durée de vie du boitier de neuromodulation est d’environ de 5 à 7 ans, d’où l’obligation de prévoir en amont son changement.

Au sein de notre équipe le DR Vincent Cardot prend en charge l’implantation d’un neuromodulateur sacré, et sélectionne les patients ou les patientes qui pourront être de bons candidats.